Final Fantasy VII Remake INTERmission

Un peu plus d’un an après la sortie du remake de l’un des JRPG les plus connus de l’histoire du jeu vidéo, Square Enix nous jette à la rencontre de Yuffie (ou Youffie, ou iouphie). Absente du casting principal dans le jeu de base pour des raisons scénaristiques, je ne parlerais pas ici des différence entre el famoso jeu de ’97 et celui de 2020 mais bien de mon ressenti de joueur quand a la continuité que ce DLC amène.

Car oui, DLC il est, 20 balles pour ceux ayant acheté le jeu sur PS4, 10 en théorie si vous l’achetez au grand complet sur PS5. D’ailleurs, pour des raisons « techniques » le jeu n’est disponible que sur PS5. Mais que voulez-vous, c’est votre faute aussi si vous n’arrivez pas à en trouver dans le commerce.

Le monde selon Yuffie

Sans spoiler, promis je vais faire de mon mieux, le jeu nous emmène donc quelque part après le chapitre 8 du jeu de base. On y incarne donc Yuffie, ninja du Wutaï, dont le papa l’a envoyée en mission pour dérober une méga materia a la Shinra, ou monsanto on sait plus trop. On fera équipe avec Sonon, un autre ninja entrainé par papa et après avoir rencontré l’équipe C de Avalanche, le fameux groupe eco-terroriste on part tabasser des trucs, et pas des turks.

Le jeu se veut être centré sur Yuffie, en cosplay de Moogle durant toute une partie de l’aventure. Plus dynamique que Cloud, moins technique que Tifa, Yuffie est un perso a combo facile qui met les pieds où elle veut, et surtout dans la gueule.

Tout comme sur le jeu de base, on ressent le travail de l’écriture sur « l’humain ». Tout nous semble plus proche, tout a plus d’impact que dans la version originale. Les conflits sont beaucoup plus lourd d’importance, et laissent plus de séquelles. D’autant que dans l’originale Yuffie était un personnage optionnel à débloquer d’une manière débile où il fallait être plus chiant qu’elle. Sa personnalité est ici extrêmement bien travaillée. Certes Yuffie reste une enfant dans l’âme, avec des punchlines périmés et un fameux complexe d’infériorité, mais ca en fait son charme. Elle est complètement déphasée avec ce Midgard qui est a l’opposé de son Wutaï traditionnel. Dès les premiers instants on sent bien qu’elle est perdue mais qu’elle ne veut pas l’avouer. Les odeurs, le rues bondées, les habitudes des gens, tout lui est étranger mais elle tient bon.

Etant donné qu’il est excessivement compliqué de parler de tout ce que le jeu fait de bien sans en spoiler le contenu ou scénario, on va conclure l’affaire.

Inutile ou nécessaire ?

La durée de vie étant a peu près dix fois plus courte que celle du jeu de base, difficile de justifier le prix de 20€ de cet INTERmission. Quatre heures en facile m’ont permis de voir les crédits de fin. Néanmoins, l’apport au scénario et à la suite du jeu est énorme. Les émotions sont là et Yuffie prend une tout autre dimension que dans l’opus original. Difficile d’être déçu si on a apprécié le jeu de base, ce qui est mon cas. Pour ceux qui ne l’ont pas acheté sur PS4, et qui possèdent une PS5, la version INTERgrade est pas contre un must s’ils désirent y passer du temps. Temps de chargement raccourcis, mode 60 fps constant, les ajouts sont suffisants pour le justifier en standalone sur la dernière console de Sony. Sinon, pour ceux qui diront que c’est encore trop cher, je suis prêt a parier que lorsque la suite sortira, on aura droit a un pack complet de tous les contenus. C’est SquareEnix quand même…


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s